4 questions à Anita Diamant, par les Lectrices Charleston

Certaines Lectrices Charleston ont souhaité découvrir notre premier roman paru en version poche, La Tente rouge. Elles ont pu poser quelques questions à Anita Diamant, l’auteur de ce best-seller mondial. Voici ses réponses !

adiamantcolor_2012_gretje_fergeson_-_copy-227x300

(c) Gretje Fergeson

 Pourquoi avez-vous choisi d’écrire sur ce personnage biblique, Dina, la fille de Jacob ?

J’ai toujours été intéressée par les histoires méconnues, et je me suis rendue compte que l’on parle peu de la condition des femmes dans l’Ancien Testament. À l’exception de Sarah, Rebecca, Rachel et Léa, les personnages féminins sont assez flous et la grande majorité d’entre elles ne dit jamais un mot.

Le silence de Dina m’a embarquée dans son histoire. Je me suis demandé comment elle avait vécu cette aventure à Shechem. Dans la Genèse, son histoire est décrite par un acte de violence de la part de ses frères. J’ai donc décidé de raconter l’histoire à travers ses yeux et de faire entendre sa voix.

Avez-vous dû faire beaucoup de recherches, lire des textes historiques et bibliques ?

J’ai vraiment fait des recherches centrées sur la vie quotidienne des femmes dans le Proche-Orient antique. Je n’ai pas consulté beaucoup de sources rabbiniques, je me suis plutôt concentrée sur la nourriture, les vêtements, l’organisation sociale, l’architecture et la médecine de l’époque – à peu près 1500 avant J.-C. Je me suis intéressée aux écrits sur la vie quotidienne des femmes : les odeurs, les sons et les goûts, la division du travail, les vêtements…

Il n’a pas été facile de trouver des informations sur les femmes vivant à cette période. Les femmes laissent rarement des monuments de pierre pour commémorer leurs succès. Leurs monuments à elles sont faits de pain et de tissu, des choses qui supportent le quotidien mais qui se désagrègent au fil du temps. C’est pourquoi de nombreux détails dans le livre (la recette du ragoût de chèvre, par exemple) sont basés sur des déductions logiques.

Par exemple, je n’ai pas trouvé la preuve que les femmes utilisaient une tente menstruelle à cette époque précise. Cependant, ces tentes sont une caractéristique commune aux cultures pré-modernes dans le monde entier, des Amériques à l’Afrique. Les scènes se déroulant à l’intérieur de la tente sont de ma propre création, basées sur des allusions dans des rapports écrits, notamment dans la Bible.

Vous avez décidé de transformer le viol de Dina (la version de la Bible) en une histoire d’amour réelle. Dina apparaît comme une femme forte, tout au long du roman. Pourquoi avez-vous décidé de la rendre si forte et résolue ?

Je n’ai jamais pu accepter la version du viol (Genèse 34). Le prince est accusé d’avoir “forcé” Dina, une accusation venant de ses frères et non de Dina elle-même. Mais ensuite, le prince demande à son père, le roi, d’obtenir la permission de Jacob pour épouser sa fille. Il accepte ensuite les conditions incroyables de Jacob : le prince et tous les hommes de sa communauté doivent se faire circoncire… C’est un sacré prix à payer pour épouser la jeune femme ! Cela ne ressemble pas aux actions d’un violeur, mais bien d’un homme amoureux.

On voit souvent Dina comme une victime, une personne sans emprise ni pouvoir, mais ce n’est pas l’histoire que j’ai voulu raconter. J’ai créé une oeuvre de fiction (sans commentaire biblique), et une Dina intéressante, complexe, vivante.

Ce roman est un véritable best-seller, et de nombreux lecteurs sont ravis de le relire au fil du temps. Cela vous étonne-t-il ?

J’ai été bouleversée et très reconnaissante de l’accueil qu’a eu ce roman. Je suis toujours étonnée et honorée d’entendre des lecteurs dire combien le livre a été important pour eux. Et ce, pour des raisons très variées : ce roman rend les femmes fières d’être des femmes, dévoile la Bible sous un nouvel angle, rend hommage aux amitiés féminines, et surtout honore le travail silencieux et méconnu des femmes du monde entier : le don de la vie.

Merci aux Lectrices Charleston et à Anita Diamant !

Sans titre-1

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Tumblr
Tumblr
Email this to someone
email

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire