7 questions à… Maud Fontenoy

(c) Riccardo Tinelli

(c) Riccardo Tinelli

Dans La soeur de la tempête, Luncinda Riley nous raconte l’histoire d’Ally, la deuxième sœur d’Aplièse, passionnée par la mer et navigatrice. Nos Lectrices Charleston ont pu poser quelques questions à la plus célèbre des navigatrices françaises : Maud Fontenoy. 

Navigatrice, un métier peu commun… Comment est née votre vocation ? 

Je suis partie en mer dès l’âge de 7 jours et j’ai vécu sur le bateau familial pendant 15 ans… Autant vous dire que la passion de la mer m’accompagne depuis toujours ! Mais c’est mon goût de l’aventure et du dépassement de soi qui m’a donné envie de me lancer dans les traversées en solitaire et d’en faire mon métier.

Dans le roman La soeur de la tempête, l’héroïne évoque les difficultés que peut rencontrer une femme dans le milieu de la navigation. Que pensez-vous de la place des femmes dans ce monde très masculin ? 

En effet, les femmes sont beaucoup moins nombreuses, il faut donc trouver sa place, et même se faire une place. Les femmes sont épiées en permanence, nous n’avons pas le droit à l’erreur. La différence physique nous pousse souvent à surcompenser, car on veut se montrer à la hauteur. Mais avec une bonne organisation, on arrive à gérer cela !

La peur est-elle un sentiment qui vous anime ?

C’est une question qu’on me pose souvent, notamment quand j’évoque mon métier avec des enfants. Ils me demandent souvent comment je fais pour ne pas avoir peur. Mais j’ai peur ! La peur est présente, il faut simplement éviter qu’elle nous paralyse : on doit s’en servir comme un atout. Le fait de ressentir la peur me permet par exemple d’être plus organisée, d’être plus raisonnable également.

Comme Ally dans le roman, vous devez parfois faire face à des conditions météorologiques difficiles…

Oui, régulièrement. La plus impressionnante a eu lieu dans l’Atlantique : mon bateau à rame a chaviré 17 fois dans la même nuit ! Des vagues de plus de dix mètres, la sensation d’être dans un tambour de machine à laver… J’ai vraiment eu peur de la mort. Enfermée dans ce minuscule habitacle, chaque seconde me semblait durer une éternité. J’ai compris à ce moment-là qu’on pouvait mourir de peur, vraiment. J’ai promis à l’océan d’être irréprochable, de vivre ma vie au maximum si jamais je sortais vivante de cette tempête, pour me donner du courage.

Dans le roman, l’héroïne a besoin de temps pour remonter sur un bateau après cette épreuve. Cela a-t-il été le cas pour vous également ? 

Cette tempête a eu lieu au milieu de l’Atlantique Nord… J’ai dû continuer, je n’avais pas le choix, il fallait bien que je retrouve la terre ferme ! Mais je comprends la terreur d’Ally dans le roman. J’ai eu très peur ensuite, même lorsque la mer était calme. Le moindre bruit me faisait sursauter. Mais peu à peu, je me suis réconciliée avec l’océan, sa beauté a pris le dessus sur son côté animal. Je lui ai pardonné cette épreuve, je l’ai vécue comme une renaissance.

L’un des événements clés de ce roman a lieu durant la Rolex Fasnet Race. Vous êtes-vous déjà alignée au départ de cette course ? 

Non, jamais. Je fais peu de courses, je ne suis pas très attirée par la performance technique, la compétition, le fait d’être plus rapide que les autres. Je suis plutôt motivée par l’aventure et le dépassement de soi.

Est-ce une passion que vous souhaitez transmettre à vos enfants ? 

J’ai trois enfants, de 7 ans, 3 ans et 1 an, et ils ont déjà traversé l’Atlantique ! Je suis ravie de pouvoir leur faire découvrir la mer, le goût de l’effort, de la liberté, la protection des océans. Ce sont des belles valeurs à transmettre. Mais je ne les pousserai pas à suivre le même chemin que moi s’ils n’en ont pas profondément envie. Je les inviterai à trouver leur propre passion. Car en suivant ses passions, on va au bout du monde !

Un immense merci à Maud Fontenoy pour cet entretien passionnant. On vous invite à découvrir sa fondation : http://www.maudfontenoyfondation.com/

Retrouvez plus d’informations sur le deuxième tome des Sept sœurs : La Sœur de la tempête.
La soeur de tempête _c1

Partagez cet articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrEmail this to someone

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire