Les conseils d’écriture de Béatrice Courtot

© Jean-Paul Loyer

Béatrice Courtot est la grande gagnante de l’édition 2018 du Prix du Livre Romantique ! Son roman La vallée des oranges a conquis tous les membres du jury… une histoire entre Majorque et Marseille, où deux destins de femmes sont bousculées par la Guerre d’Espagne et un secret de famille, mais unies par une même passion : la pâtisserie. Béatrice a eu la gentillesse de répondre à nos questions. Elle se dévoile et donne quelques conseils aux écrivains souhaitant participer à l’édition 2019 du Prix !

Comment as-tu entendu parler du Prix du Livre Romantique et qu’est-ce qui t’a décidé à participer ?

Le premier livre que j’ai acheté aux Editions Charleston était le Tome 1 de la Saga des Sept sœurs de Lucinda Riley. Quand je l’ai refermé, j’étais tellement conquise par l’écriture et l’histoire que j’ai voulu en savoir un peu plus sur la maison d’édition qui l’avait publié… Charleston, un nom de fête et de bonne humeur!
Et j’ai tout de suite été charmée par la ligne éditoriale : de la littérature féminine avec des héroïnes fortes et courageuses. Une vision de la femme dans l’ère du temps : parfois désinvolte et frivole, parfois sévère et grave… et si inspirante !
En suivant les actualités sur les réseaux sociaux, j’ai eu connaissance du Prix du Livre Romantique. Le véritable déclic de l’écriture s’est fait après un atelier de coaching en développement personnel. Je me suis alors lancée ce pari fou : envoyer un manuscrit aux Editions Charleston et concourir à ce Prix.

Quelle a été ta réaction lorsque tu as appris que tu avais remporté le Prix ? Comment cela s’est-il déroulé ensuite ? Quels sont tes plus beaux souvenirs liés à ce Prix ?

C’était un véritable ouragan d’émotions ! Une explosion de joie lors de l’annonce finale ! Je n’y croyais pas… J’ai tout de suite appelé ma grand-mère pour lui annoncer que j’avais gagné le premier prix. L’émotion que j’ai ressentie dans sa voix a été ma consécration. Nous avons eu une pensée pour mon arrière-grand-mère [à qui j’ai dédié le roman] qui doit veiller sur nous, de là-haut… Nous étions très émues toutes les deux. Cette aventure nous a plus que jamais liées !
J’ai ensuite réécrit certains passages avec Christine, l’adorable correctrice, pour peaufiner l’histoire, rajouter des éléments, en supprimer d’autres. Puis j’ai découvert la couverture de la Vallée des oranges que j’ai trouvée très belle. S’en sont suivies les corrections typo-orthographiques afin de supprimer les dernières coquilles.
Le plus beau souvenir restera sans doute la remise du Prix à Cabourg le 25 juin dernier. Initialement prévu en avril mais reporté en raison des grèves de trains, j’ai eu la chance de découvrir cette ville si romantique en été, sous un ciel radieux, aussi lumineux que celui de Majorque ! C’était une magnifique journée qui restera gravée en moi, entourée de ma famille, d’une équipe Charleston en or, des partenaires et des journalistes et blogueurs venus spécialement pour l’occasion.

Pour l’édition 2019, tu passes d’auteur ayant remporté le Prix du Livre Romantique à membre du jury : qu’est-ce que ça te fait de passer de l’autre côté ?

J’ai l’impression d’être une petite souris dans les coulisses d’une maison d’édition. Et je n’ai qu’une hâte : découvrir les manuscrits !  Je me revois à la place des candidat-e-s, au mois de juillet dernier, en train de finaliser les derniers chapitres de mon roman…
Cette année, c’est un véritable honneur de devenir membre du jury,  et de pouvoir participer à cette nouvelle aventure !

Quels conseils donnerais-tu aux participants de cette nouvelle édition ?

En un seul mot, je dirai : Osez ! Osez écrire, osez envoyer votre manuscrit. Il n’y a rien à perdre, tout à y gagner. Les éditions Charleston vous offre cette formidable opportunité, et il faut la saisir. Laissez l’inspiration vous guider.
Il ne faut surtout pas laisser tomber, ni vous laisser envahir par l’angoisse de la page blanche. Il y a des jours avec et des jours sans… inspiration. Ce n’est pas si grave, un écrivain peut tout à fait être moins productif d’un jour à l’autre. Ne soyez pas trop sévère avec vous-même. Faites-vous confiance !
A vos plumes, prêt-e-s, partez !

Merci à Béatrice Courtot pour cette belle interview !

, , , , , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire