Les relations mères-filles dans les romans

Après qu’elles aient lu Belles de Shanghai dans lequel les rapports mères-filles sont très présents, nous avons demandé aux Lectrices Charleston si c’était un sujet qui les intéressait et si elles pensaient que l’on reproduisait facilement les schémas de vie de nos parents. Voici leurs réponses :

Belles de Shanghai _c1« C’est un sujet toujours passionnant et susceptible de renvoyer chaque lectrice à sa propre histoire. A titre personnel je pense effectivement qu’on reproduit toujours, même inconsciemment, le parcours de nos parents, et leurs erreurs aussi probablement… Belles de Shanghaï en est un exemple supplémentaire ! » Sophie

« Je trouve que c’est un sujet passionnant et qui, pour ce roman, m’a beaucoup fait penser à La concubine russe ! Je pense que, même si l’on veut prendre un chemin différent de celui de nos parents, on le rejoint tout de même inconsciemment par bien des manières. Dans Belles de Shangaï, le schéma se reproduit à chaque fois dans la relation mère-fille, malgré une volonté obstinée de justement faire l’inverse. » Cassandre

« Oui, c’est un sujet qui m’intéresse. Cependant, je pense que l’on apprend des enseignements de nos parents. C’est pourquoi je ne pense pas que l’on reproduise systématiquement les mêmes schémas 🙂 ce serait bien triste sinon ! » Mélusine

« Je suis assez proche de ma maman, et bien que les relations puissent parfois être conflictuelles, c’est un sujet qui me touche et me parle. Les mamans sont souvent là, quoi qu’il arrive, elles nous guident, nous encouragent … et en tout cas font ce qu’elles estiment être le mieux pour nous. Je pense qu’on a tendance à reproduire les schémas de vie de nos parents. Peut-être parce qu’ils nous rassurent, nous évitent « l’inconnu ». On peut aussi s’en éloigner grâce à eux. Si nos parents nous ont donné la confiance, s’ils ont osé faire face aux épreuves, s’ils ont osé vivre l’inconnu, s’ils nous ont donné cette assurance et cette confiance, alors on peut créer notre propre schéma, mais finalement, ils nous auront offert des bases saines et solides. On aura donc reproduit un schéma, même si dans les détails, tout est différent. » Sandrine

« Les rapports mère-fille nourrissent nombre de romans, sans doute parce que cela permet une certaine forme de projection et/ou d’empathie avec les personnages. Ces rapports sont complexes et représentent à ce titre une matière noble pour le romancier. On ne vient pas de nulle part. Par conséquent on s’inscrit forcément soit dans une continuité, soit en réaction à un schéma parental. » Carène

« Etant très fusionnelle avec ma mère, j’adore les rapports mères-filles dans les livres, même si je dois avouer que voir parfois mère et fille se déchirer , me fend le cœur, je préfère les voir unies ou encore les belles retrouvailles. Le schéma de vie de nos parents nous parait comme la normalité quand on est jeune alors on se voit facilement le reproduire, mais je pense que si on veut vraiment s’en écarter et par exemple ne pas reproduire les mêmes erreurs, on peut tout faire pour y arriver. » Ivana

« Instinctivement je dirais non car je ne choisis pas réellement mes livres sur les rapports entre mère-fille mais je crois qu’inconsciemment c’est le cas car j’aime beaucoup ce genre de sujet, et tout ce qui touche aux relations entre les individus, etc. D’ailleurs, Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan traite de ça et c’est un de mes livres préférés ! Comme quoi 😉 Sinon, je pense que beaucoup de personnes reproduisent les schémas de vie de leurs parents car instinctivement ils font ce qu’ils connaissent et ce qu’ils ont vu dans leur jeunesse, leur vie en tant qu’enfant. Certes, ce n’est pas consciemment mais même quand on se dit que l’on ne veut pas reproduire ce schéma, il y a toujours des choses qui nous y ramènent. » Alison

« Oui ce sujet me touche car je trouve que l’amour maternel et l’amour filial sont uniques et très forts. La personne qui pourrait le plus nous atteindre c’est une mère, elle peut soit nous aider à nous construire, soit nous détruire. Ce n’est pas toujours facile de transcrire ce rapport dans la fiction. Je pense que je voudrais plutôt essayer de ne pas commettre les mêmes erreurs que mes parents dans ma vie de couple et avec mes futurs enfants. Certains reproduisent les mêmes schémas que leurs parents quand d’autres les fuient. » Djihane

« Les rapports mères-filles en littérature m’intéressent selon l’angle abordé (si tout va bien je ne vois pas trop « l’intérêt »). Ici par exemple, j’ai beaucoup aimé les tensions, les non dits, et surtout j’ai trouvé ça chouette d’avoir le point de vue de Lulu, son histoire, et non pas uniquement la vision de Violet. Pour moi, nous ne sommes pas obligés de reproduire les schémas de vie de nos propres parents, seulement on est influencé. Ayant le modèle de nos parents sous les yeux tous les jours, on peut partager leurs valeurs, leurs croyances, vouloir prendre leur relève un jour, etc. Et même les parents, involontairement peuvent nous guider dans leurs pas. D’où l’importance du libre-arbitre, de pouvoir penser par soi-même et choisir d’être libre, de se démarquer de ce qui justement, semblerait facile au premier abord. » Delphine

Merci aux Lectrices Charleston pour leurs réponses ! Retrouvez plus d’informations sur Belles de Shanghai.

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Tumblr
Tumblr
Email this to someone
email
Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire