L’interview de Leila Meacham par les Lectrices Charleston

meacham_photo__marie_langmorelangmore_photographyweb_regularDeux jumeaux séparés à la naissance, les premières heures du forage pétrolier en plein cœur du Texas, un pacte qui pourrait tout changer… Aujourd’hui, nos Lectrices Charleston ont adressé 3 questions à Leila Meacham sur son nouveau roman, « Le Ranch des trois collines ». Nous vous livrons ici ses réponses !

 

La paléontologie et la découverte d’un ossement vont bouleverser la vie au Ranch des trois collines. Qu’est-ce qui vous a motivée à choisir cette science et l’industrie pétrolière comme toile de fond ?

A vrai dire, je n’ai pas choisi ces thèmes. Mon agent m’a suggéré d’écrire sur l’industrie pétrolière car je lui ai raconté des anecdotes sur mon enfance dans l’ouest du Texas, alors que l’extraction pétrolière était la plus puissante des industries. Mon père était chercheur de pétrole, et il est devenu en quelque sorte une légende grâce à son habilité à le trouver. Ces anecdotes sur les exploits de mon père ont intrigué mon agent, et puisque j’étais en train de chercher le thème de mon prochain roman, il m’a poussée à écrire sur ce qui m’était familier. Cependant, je ne connaissais rien à la paléontologie ou à l’élevage de bétail, mais ces sujets m’ont toujours fascinée, notamment parce que beaucoup de mes amis d’enfance avaient pour parents des propriétaires de ranchs. Ces thèmes m’ont amenée à construire l’intrigue du livre Le Ranch des trois collines dans le centre du Texas, un territoire connu pour ses immenses ranchs à bétail et la découverte de restes fossilisés de créatures préhistoriques tels que des dinosaures.

Le Texas, votre Etat, est omniprésent dans vos romans. Pour quelles raisons en faites-vous le lieu de vos intrigues ?

C’est l’Etat dans lequel je vis et où j’ai grandi. J’adore cet Etat, son histoire, son caractère, sa culture, et bien sûr ses habitants. Quand je dis “ses habitants”, je veux parler des natifs du Texas, ceux qui y sont nés et y ont grandi, éduqués dans l’hospitalité, attentifs aux bonnes manières et accueillants envers les étrangers, ceux qui font au mieux avec ce qu’ils ont. Lorsque vous suivez ces principes, nul besoin de retirer son chapeau devant quelqu’un pour lui témoigner votre respect.

Vous mettez à l’honneur des femmes fortes et indépendantes dans ce livre, de celles qui doivent supporter de lourdes responsabilités et gérer des exploitations agricoles, comme Samantha ou Billie June. Quelles ont été vos inspirations pour créer vos personnages ? 

Les femmes faibles ne sont pas aussi intéressantes, du point de vue de l’écrivain comme de celui du lecteur. Une femme qui tombe à terre à la moindre brise n’enthousiasme pas les foules. Les femmes qui affrontent les épreuves avec détermination et bravoure ou qui refusent de perdre inspirent et encouragent, et en appellent aux meilleurs sentiments des lecteurs comme l’empathie et la tendresse.

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Tumblr
Tumblr
Email this to someone
email
Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire