L’interview de Linda Huber

Linda Huber, l’auteure de “Une mer si froide”, a répondu aux questions des Lectrices Charleston ! Découvrez l’interview de l’auteure !

Comment avez-vous eu l’idée d’écrire cette histoire ?
Dans les années 1990, j’ai commencé à faire des recherches sur mon arbre généalogique. Comme il n’y avait pas internet à cette époque, j’ai écrit à divers parents pour leur demander des informations. Une cousine éloignée, une vieille dame, m’a envoyé des schémas de sa branche familiale. L’un d’eux montrait une mère, un père et trois enfants, et à côté du plus jeune enfant figuraient les mots : Agnes s’est noyée. J’ai découvert plus tard que cette petite fille était morte à onze ans, lors d’une sortie à la piscine dans les années 1940. Je ne savais pas qu’elle existait. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à réfléchir – comment les parents réagissaient-ils lorsqu’ils perdaient un enfant de façon si tragique ? Comment pourraient-ils continuer à vivre ? Comment quelqu’un peut-il faire face à un changement aussi insupportable dans sa vie ? Peut-être qu’ils ne s’en sortiraient pas … Et l’idée de Une mer si froide m’est venue.

Votre roman est-il inspiré de faits réels ?
D’après l’événement ci-dessus, et aussi – un jour j’étais à notre piscine en plein air en Suisse avec mes enfants, âgés de quatre et deux ans. À un moment donné, je me suis incliné pour aider mon garçon de quatre ans avec quelque chose, et quelques secondes plus tard, quand je me suis tourné pour regarder le petit, il était parti. Je n’oublierai jamais la panique des cinq minutes qui ont suivi. Mon estomac a touché le sol et je pouvais à peine respirer. C’est ainsi que Maggie se sentait dans mon livre, quand Olivia a disparu. (Pour nous, c’était une fin heureuse – mon fils s’était enfui à la recherche de biscuits…)

Dans les Remerciements, vous dites que le livre a mis 10 ans à éclore : pourquoi une si longue période ?
J’ai fini le livre vers 2004, et l’ai envoyé pour une critique. Je réécrivais toujours des parties en 2007, quand une enfant anglaise a disparu au Portugal. Elle avait exactement le même âge qu’Olivia dans mon livre. J’ai pensé qu’il était mieux d’attendre pour faire quelque chose de plus avec ce livre.

La fin tragique de Jennifer était-elle essentielle dans votre conclusion ?
Pauvre Jennifer… elle est la perdante ultime – son enfant, sa santé mentale et ensuite sa vie. J’ai longtemps réfléchi avant de décider de mettre fin au livre de cette façon. D’une part, c’est une fin cruelle pour Jennifer. D’un autre côté – après les événements du livre, elle n’aurait jamais pu être la même personne. Et puis il y a Maggie. J’avais l’impression que la mort de Jennifer permettrait à Maggie et à sa famille, y compris Olivia, de tourner la page et de continuer leur vie. Alors Jennifer est morte.

Pourriez-vous nous parler de votre prochain roman ?
Après sept romans à suspense psychologique, je fais une pause dans la fiction policière cette année et j’écris une série de romans de bien-être sous mon pseudonyme de Melinda Huber. Les deux premiers, A Lake in Switzerland et A Spa in Switzerland sont publiés, et nous en aurons deux de plus d’ici la fin de l’année. Ils parlent d’une infirmière anglaise qui finit par travailler au Lakeside Hotel and Spa dans le nord-est de la Suisse. L’hôtel et le village dans lequel il se trouve sont fictifs – mais je les ai placés sur les rives du lac de Constance, où je vis. J’adore regarder les vues admirées par mes personnages chaque fois que je regarde par la fenêtre !

Merci à Linda Huber pour ses réponses !

, , ,

2 réponses à L’interview de Linda Huber

  1. Linda Huber 2 juillet 2018 à 15 h 49 min #

    Thank you for the interview! Merci bien!

  2. Mathieu 3 juillet 2018 à 9 h 29 min #

    Merci à vous Linda !

Laisser un commentaire