L’interview de Rosie Thomas, par les Lectrices Charleston

Deux sœurs que tout oppose vont se retrouver pour mettre de côté leur passé douloureux… et profiter des derniers instants de l’une d’elles. Aujourd’hui nos Lectrices Charleston ont posé trois questions à Rosie Thomas sur son nouveau roman Constance.
Voici ses réponses !

 

Votre roman Constance aborde l’histoire de deux sœurs, mais aussi de la complicité et de la rivalité entre elles… Pourquoi avez-vous choisi d’écrire sur ces thèmes ?

J’ai moi-même une sœur et nous avons perdu notre maman très tôt. Le lien qui nous unit est très fort et encore plus compliqué que d’autres sœurs. J’étais l’aînée, donc je devais être celle qui protège et qui défend ; ma sœur a pu être plus vulnérable mais elle avait davantage confiance en ses sentiments et en notre famille. D’une certaine façon nous sommes semblables, alors que dans d’autres cas, en complète opposition. C’est un lien très riche à explorer en fiction.

 

La musique est très importante dans votre roman. Êtes-vous une musicienne ? Avez-vous un lien particulier avec la musique ? Écoutez-vous de la musique lorsque vous êtes en train d’écrire un livre ?

En fait, je n’ai pas d’affinité particulière avec la musique. Je ne sais pas jouer d’un instrument ou même chanter correctement. La musique n’est pas aussi importante pour moi que le monde de l’écriture ou d’autres arts visuels.

 

Voyagez-vous beaucoup, comme votre protagoniste ?

Oui ! Je voyage autant que je le peux. En ce moment ce ne sont pas de longs voyages, ni même très loin parce que j’ai une petite-fille et je ne veux pas manquer le moindre de ses progrès. Mais il y a beaucoup d’endroits que je n’ai pas encore visité à moins de quelques heures de chez moi, et j’ai bien l’intention de m’y rendre.

 

Un grand merci à Rosie Thomas et à nos Lectrices Charleston pour cette interview !

Partagez cet articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrEmail this to someone
Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire