L’interview de Vania Prates par les Lectrices Charleston

Les lectrices Charleston ont pu poser leurs questions à Vania Prates pour son roman Fille de bohème, découvrez ses réponses !

Est-ce que vous portez un intérêt particulier à cette période du 18ème siècle dans laquelle on retrouve la cour des miracles ?

Mon intérêt va davantage à la cour des miracles elle-même qu’à l’époque. Cette communauté de mendiants qui se sont créés un royaume au nez et à la barbe de la cour royale a toujours été si bien dissimulée qu’elle reste encore aujourd’hui très mystérieuse. J’avais envie de fouiller ce sujet, de faire des recherches dessus, de dénicher des informations, mais surtout, d’y plonger corps et âme. J’ai adoré écrire ce livre car quelque part c’est comme si je faisais moi-même partie de la cour des miracles. Et j’espère que le lecteur ressentira la même chose.

L’hypnose et les vies antérieures sont deux idées originales. Comment cette histoire vous est-elle venue ? Avez-vous déjà été sous hypnose ?

Non, je n’ai jamais été sous hypnose car mon imagination trop fertile m’en empêche. Je me fais tout un tas de films sur ce qui pourrait, ou non, arriver. Mais j’ai connu quelqu’un qui a vécu une expérience particulière. On appelle ça une “régression hypnotique”. Grâce à l’hypnose, cette personne aurait vécu une partie d’une vie antérieure. Cette histoire m’a fascinée, j’ai donc voulu développer le sujet.

À quel point les rêves peuvent-ils influencer la vie quotidienne ? Est-ce que cette idée vient d’une expérience personnelle ?

Mes rêves influencent beaucoup ma vie. Je fais partie de ces gens qui se souviennent toujours de leurs rêves. Je me prends souvent au jeu, le matin, de les revivre et de les analyser. J’y puise parfois des idées pour mes romans, mais ils m’ont aussi aidée à comprendre certaines choses, à me construire, à tourner la page… Les rêves peuvent être mystiques, et les décrypter devient alors amusant. Mais je n’ai jamais eu l’impression de revivre des vies passées, non. Malheureusement. Ou heureusement, je ne sais pas. Ne pas savoir laisse au moins la place à l’imagination. Tout est permis.

Avez-vous déjà vécu à Montmartre ? Les descriptions sont très précises dans le roman.

Je n’ai jamais vécu à Montmartre, mais l’endroit m’intrigue. J’ai fait un tas de recherches sur le passé et l’évolution de cette butte qui frôle la grande capitale. Elle a un caractère qui lui est propre et ne se laisse pas engloutir par l’immensité parisienne. C’est comme un petit village qui survit dans son écrin, un endroit pour les marginaux. Je pense que tout écrivain doit aimer ce concept.

Un grand merci à Vania Prates pour ses réponses et aux Lectrices Charleston !

Partagez cet articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrEmail this to someone

, , , , , , ,

4 réponses à L’interview de Vania Prates par les Lectrices Charleston

  1. Monin 1 février 2018 à 17 h 50 min #

    Merci pour cette interview qui donne très envie de lire le livre.

  2. Mathieu 1 février 2018 à 17 h 51 min #

    Très bonne lecture par avance !
    Mathieu, éditions Charleston.

  3. VibrationLitteraire 1 février 2018 à 19 h 47 min #

    C’est vraiment génial d’avoir ces réponses à nos questions, merci à vous, Vania Prates et bien sur aux éditions Charleston qui rendent tout cela possible ! 🙂

  4. Mathieu 2 février 2018 à 8 h 49 min #

    Merci Manon pour ce petit commentaire 😉

Laisser un commentaire