Les tabous autour de la maternité – Mélusine Huguet

Autrice de « Un jour de plus de ton absence », Mélusine Huguet aborde, pour le mois de mars au féminin, les tabous autour de la maternité.

Connaissez-vous une femme qui a subi une fausse-couche ? La réponse qui vous viendra d’emblée en tête sera sûrement négative. Mais réfléchissez-y à deux fois : en êtes-vous vraiment sûr.e ? Comment en avoir la certitude, quand tant d’entre nous taisent cette douleur et intériorisent ce deuil ? Pourquoi ce silence ?

Saviez-vous que l’on demande aux femmes si elles ont bien pu se rendre aux toilettes pour leur rendre la naissance « confortable » ? Saviez-vous que les femmes, après leur accouchement, devaient utiliser des filets et des couches ? Connaissez-vous les termes « lochies » ou « tokophobie » ? Saviez-vous qu’une « délivrance » pouvait causer une descente d’organes ? Saviez-vous qu’il était répandu, pour une femme, de ne pas s’attacher immédiatement à son bébé, et que la culpabilité en est immense ?

Du haut de mes vingt-huit ans, j’ignorais tout cela jusqu’à très récemment. Sûrement parce que je ne suis pas (encore) mère, et surtout parce que personne ne m’a prévenue. Je l’ai appris, car je suis allée lire des témoignages, me suis procuré des essais, j’ai regardé un nombre incalculable de vidéos en ligne.

Les tabous autour de la maternité sont nombreux, bien plus qu’on ne l’imagine. Incroyable, au vingt-et-unième siècle, alors même que nous prônons une parole libérée. De quoi avons-nous peur ? D’effrayer les jeunes femmes qui, en apprenant les mystères d’une grossesse, fuiraient à toutes jambes pour éviter à tout prix de se confronter à l’immense cataclysme qui les attend ? Certaines femmes veulent être mères, d’autres non. Les préparer à ce qui les attend n’entraînera pas l’extinction de l’humanité. Pourtant, ces sujets qu’on ignore, auxquels on ne nous prépare pas, que nous taisons secrètement, entretiennent le mythe de l’aventure merveilleuse de la femme devenue mère. Parfois, ce n’est pas le cas. Toutes les femmes ne vivent pas la maternité comme une aventure merveilleuse.

La maternité ne devrait pas être un sujet tabou. Je crois, au contraire, que le fait de partager ces épreuves aiderait tant d’entre nous à ne plus subir cela dans une solitude qui pourrait s’apparenter à de l’indifférence et qui est loin d’en être.

Mesdames, vous n’êtes pas seules. Des milliers d’entre nous sont passées par là auparavant, et d’autres qui nous suivront traverseront également cette épreuve. Le cycle de la vie ne prendra pas fin avec la libération de la parole. Parler ne pourra qu’aider.

Alors, si vous le voulez bien, discutons-en.

Préparez-nous.

Et ensemble, brisons les tabous. #sororité

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Tumblr
Tumblr
Email this to someone
email
Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire