Moloka’i, un roman sur la famille

Moloka_i_recto_largeLe roman Moloka’i nous présente Rachel et toute sa famille : les chamailleries entre soeurs, l’amour d’un père pour sa fille, le déchirement des séparations… Nous avons demandé à nos Lectrices Charleston si elles aimaient retrouver ce type de relations dans les romans. Voici leurs réponses ! 

« Un roman doit me faire pleurer, rire, me mettre en colère, me faire passer par diverses émotions et en général quand il y a des histoires de familles, tous ces sentiments ne sont pas loin ! » Hélène

« Je vais faire une réponse de normand : ça dépend. De l’écriture, de l’histoire, de l’intimité que l’auteur réussit à créer avec le lecteur… » Chani

« Les liens qui unissent une famille sont très complexes et nourrissent les histoires de beaucoup de romans. J’aime beaucoup découvrir les secrets de famille qui font toujours de bons romans. » Marine

« J’aime beaucoup, tout simplement parce que c’est réel : les liens familiaux ne sont jamais un long fleuve tranquille mais aussi parfois très forts. Ils sont des sources sans fin de tensions dramatiques pour un roman et donnent de l’épaisseur aux personnages. » Cyrielle

« Les histoires familiales font partie de mes sujets préférés, mais je préfère quand elles sont un peu plus gaies que dans ce roman ! » Solenn

« Oui, mais pas trop. J’aime quand c’est fait avec subtilité. Les grands éclats juste à cause de personnalités trop colériques m’énervent. Mais quand derrière se dessine une raison, j’apprécie. De même, l’amour familial est toujours beau, mais il faut savoir le manier et ne pas trop en abuser. Dans Moloka’i, l’amour d’Henry pour sa fille est beau et pur, et j’ai aimé la force qu’il a déployé pour préserver leur lien. » Gaby

Voir la fiche du livre

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Tumblr
Tumblr
Email this to someone
email

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire