5 questions à Janet Evanovich et Lee Goldberg, par les Lectrices Charleston

Nos Lectrices Charleston ont lu Le Casse, de Janet Evanovich et Lee Goldberg. Elles ont posé quelques questions aux auteurs de ce roman détonnant. Voici leurs réponses. 

Heist+Authors+Photo+(C)+Roland+Scarpa

(c) Roland Scarpa

Comment vous est venue l’idée d’une rencontre entre un agent de FBI et un escroc ?

Nous avons pensé que ce serait amusant : cela créerait beaucoup de tensions et révèlerait le meilleur et le pire de Nick et de Kate. En même temps, ils sont tous les deux fortement attirés l’un par l’autre, ce qui confirme l’adage selon lequel les opposés s’attirent. Nous savions que ce conflit nous donnerait beaucoup de matière pour la série dans son ensemble comme pour quelques scènes particulières.

Pourquoi avez-vous décidé d’écrire ensemble ce roman ? 

Nous sommes amis depuis plus de vingt ans, et nous avons un sens de l’humour très semblable. L’idée est venue lors d’un dîner ensemble, alors que nous parlions d’un genre de livres que nous aimons beaucoup mais qui se font rares : l’aventure-romance. Nous nous sommes dit : “Nous devons en écrire un”… Et nous l’avons fait. Et maintenant, nous en sommes déjà au cinquième tome ! On s’amuse tellement à écrire ces livres ensemble qu’on se demande souvent pourquoi on ne l’a pas fait avant.

S’il y avait une adaptation, qui imagineriez-vous pour incarner vos héros sur grand écran ?

Pourquoi pas Rachel McAdams ou Kate Mara dans le rôle de Kate. Nikolaj Coster-Waldau ou Chris Pratt dans celui de Nick… Kevin Costner, Robert Forster, ou Tommy Lee Jones pourraient incarner Jake. Et Sam Elliott ou Keith Carradine seraient très bons dans le rôle de Jessup, le patron de Kate.

Y-a-t-il un peu de Stephanie Plum dans Kate ?

Je dirais que l’on retrouve chez Kate la même détermination que Stephanie, son sens de l’humour et sa relation forte avec sa famille, notamment avec son père Jake. Kate pense qu’elle est solitaire, mais sa famille est très présente.

Quels sont vos rituels d’écriture ?

Lee : J’imagine l’intrigue du livre et l’envoie ensuite à Janet. Si elle l’apprécie, alors je m’attèle au plan. Elle me donne ses idées sur l’histoire, je lui renvoie le plan jusqu’à ce que nous soyons d’accord. Là, je commence à écrire le premier jet. Une fois fini, je lui envoie ce premier essai, et Janet y ajoute sa poudre magique. Je ne dis pas ça pour rire, c’est une romancière hors pair, et ce n’est pas pour rien qu’elle fait partie des meilleures ventes et des auteurs les plus appréciés au monde. Elle sait tirer le meilleur des personnages et de l’histoire, grâce à son humour. Et lorsqu’elle a terminé, il ne s’agit pas d’un roman de Janet Evanovich ou d’un roman de Lee Goldberg, mais celui d’une toute nouvelle voix, qui cumule le meilleur de nous deux.

Merci aux Lectrices Charleston et aux auteurs du roman pour cette interview !

 

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Tumblr
Tumblr
Email this to someone
email

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire