L’histoire d’un nom : “charleston”

Lorsqu’on lance une maison d’édition, tôt ou tard (et plutôt tôt que tard), il faut prendre une décision presque aussi difficile que de choisir le prénom de son enfant : lui donner un nom ! Alors que les jeunes parents peuvent trouver l’inspiration de nombreux guides de prénoms et sur les forums Internet, il n’existe pas (encore) de manuel du type : “Comment bien nommer votre maison d’édition” ! Alors pendant des mois, Stéphane Leduc et moi avons fait… des listes ! Le nom d’une fleur chez le fleuriste, un lieu qui sonne bien dans un roman, l’enseigne d’une boutique de mode, le prénom de l’héroïne d’un film… A tout moment de la journée, et même au beau milieu de la nuit, nous avons eu le coup de foudre pour un mot, un prénom… en étant persuadés, à chaque fois que “celui-là, c’est le bon !”.

Charleston Farmhouse, la résidence de la soeur de Virginia Woolf

Et puis, il y a eu la douloureuse étape de l’INPI. A l’Institut National de la Propriété Industrielle, commerçants, artisans, entrepreneurs, inventeurs… déposent des noms, que personne d’autre ne pourra ensuite utiliser. Nous nous sommes rendus compte que tous les noms de notre liste, ou presque, étaient déjà déposés. Quelle déception ! Heureusement, par miracle, l’un des noms, qui figurait dans notre “top 3”, était libre dans la catégorie “livres” : Charleston !

Pourquoi “charleston” ?Pourquoi les éditions Charleston ? Nous sommes plusieurs dans l’équipe à aimer lire et danser. Mais ce n’est pas (uniquement) pour trouver un prétexte pour organiser des cours de danse au bureau que nous avons opté pour ce nom ! Inventé en 1923 dans la ville de Charleston, le charleston est une danse rythmée et dynamique qui donne une pêche pas possible. Il suffit de regarder une vidéo de charleston pour s’en persuader.

Lire un roman Charleston vous fera le même effet : nous publions des belles histoires de femmes, des intrigues qui font rêver, des comédies aussi irrésistibles qu’un spectacle de Josephine Baker ! Charleston, c’est aussi la ville d’origine d’un certain Rhett Butler, présenté au début du roman Autant en emporte le vent comme “un visiteur de Charleston”, qui n’est plus reçu par aucune bonne famille à Charleston parce qu’il a refusé d’épouser une jeune femme avec laquelle il s’était compromis…

 

Et Charleston Farmhouse est aussi la résidence secondaire de Vanessa Bell, la soeur de Virginia Woolf, une “farmhouse” située dans le Sussex (Angleterre) qui devint le lieu de rencontre du Bloomsbury Group dans les années 1920. Cette fois, plus de doute, notre maison avait trouvé son nom !

 

Partagez cet articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrEmail this to someone

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire