L’Alsace, pays pionnier du pétrole au monde

Stéphanie est une de nos Lectrices Charleston de l’année 2017. Elle tient le très beau blog Sorbet-Kiwi. Vous avez pu la découvrir grâce à l’article qui lui était dédié sur notre blog Charleston. Stéphanie vous propose aujourd’hui de partir en Alsace, le pays pionnier du pétrole au monde !

Ma toute première lecture en tant que Lectrice Charleston en cette année 2017 était Le Ranch des trois Collines de Leila Meacham (lien : https://sorbetkiwi.wordpress.com/2017/01/05/le-ranch-des-trois-collines-de-leila-meacham/), une vraie pelote de laine familiale à lire absolument. Une des thématiques de l’histoire est le pétrole, et l’importance de celui-ci dans l’industrie américaine, pays auquel on a tendance à l’associer autant pour son témoignage culturel que pour son importation. Mais saviez-vous que c’est en France, et plus précisément en Alsace, que le tout premier forage pétrolier au monde a été mis en place ?

Je vous emmène à Merkwiller-Pechelbronn. C’est un petit village d’Alsace du Nord, a 45 minutes de Strasbourg en voiture. Là où le tout premier forage était placé, il n’y a plus qu’un petit panneau, et plus grand chose à voir. Après tout, celui-ci date de 1813 ! C’est dans la forêt entre Merkwiller-Pechelbronn et Lobsann que l’on peut y accéder, indiqué seulement sur cette petite route.

Il se trouve que cette petite contrée était fortement industrialisée ! Lobsann a par exemple été au centre d’un conflit avec Merkwiller-Pechelbronn comme avec Soultz-sous-Forêts, à cause de l’exploitation d’une mine d’asphalte ! En effet, Soultz-sous-Forêts possédait une saline, et c’est un des collaborateurs de celle-ci qui décida d’ouvrir les mines. C’était sans compter le Pechelbronn… Celui-ci avait acheté de nombreuses terres aux alentours, afin de les exploiter pour du pétrole, et ne se voyait pas voler la vedette (et surtout beaucoup d’argent) si facilement. Un bras de fer qui dura des générations. Aujourd’hui, l’industrie à disparu de ces villages. Mais quelques témoins restent.

A Merkwiller-Pechelbronn, surtout. Le musée français du pétrole y est installé, tout de même ! Il est plutôt petit, caché par une église et entouré d’écoles, mais bien présent. Ouvert tout au long de l’année, il propose des collections diverses, comme des œuvres d’art, des documents papier qui sont à considérer comme des archives, ou encore des outils, qui permettent d’en apprendre plus sur l’histoire de ce territoire aujourd’hui oublié. Il y a même une photo de mon arrière-grand-père !

Musée français du pétrole
4, rue de l’école
67250 Merkwiller-Pechelbronn
http://www.musee-du-petrole.com/

Adultes : 5 €
Étudiants, collégiens, enfants de +10 ans, handicapés : 4 €
Enfant moins de 10 ans, membres de l’association : gratuit

Eh oui, à une époque, tous les locaux travaillaient pour le Pechelbronn. C’était un site immense, dont le centre était localisé à Merkwiller, mais qui s’étendait jusqu’aux portes de Strasbourg. Si important que les allemands l’ont investis lors de la Seconde Guerre Mondiale, et que les alliés l’ont bombardés jusqu’à sa destruction. Et pourtant, tout s’est reconstruit, pierre par pierre pour être encore plus fort. Mais les années 60 ont été difficiles, malgré l’huile Antar populaire, et en 1970, le site à définitivement fermé ses portes. Ma mère se souvient encore… Elle a pu observer la destruction des grandes cheminées, qui faisaient la gloire de la région, de la fenêtre de la cuisine. Et pourtant, cela ne s’arrête pas là.

Les bureaux centraux existent toujours encore, eux. Ils ont été transformés en appartements il y a 10 ans, et il se trouve que j’y habite ! De génération en génération, le Pechelbronn reste bien présent dans notre quotidien, puis que je vis là où mon arrière-grand-mère nettoyait des bureaux.

Je pourrais encore vous en parler pendant des heures, de la gloire de la famille Lebel, de leur beau château aujourd’hui à l’abandon, du casino, transformé en hôtel puis en appartements, des puits qui sont maintenant de gros terrils que l’on voit dans de nombreux villages, de la cantine d’un des puits, qui est devenu un restaurant qui a concouru pour des étoiles, mais qui n’est plus non plus… Mais il faut bien que je m’arrête. Je vous invite tout de même, si vous vous intéressez à l’histoire de la France, à venir faire un tour dans notre belle Alsace, qui a quelques joyaux bien cachés.

Petit bonus : Midi en France a tourné une vidéo sur le « Dallas français » !

Merci à Stéphanie pour ce beau focus sur Merkwiller-Pechelbronn !

Partagez cet articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrEmail this to someone

, , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire